Le Ghetto intérieur, question d’identité et de résilience


Vincent  a quitté Varsovie en 1928 pour s’installer dans ce nouvel eldorado : l’Argentine.
Dans ce livre, il est question d’identité, celle qui nous construit, celle que nous fuyons.

Une question d’identité

Il ne s’était jamais soucié de son identité avant d’apprendre le sort qui était réservé à la communauté qui est la sienne, la communauté juive. Il était né polonais et il était devenu argentin en migrant vers l’Altiplano. Pour lui être juif ne voulait rien dire. Pourtant avec l’arrivée de Hitler au pouvoir et la persécution incessante de la RSHA, les appels à l’aide de sa mère, Vincent est rattrapé par son histoire, et ses choix.

La lente descente aux enfers

Face à sa prise de conscience, son impuissance à changer les choses, et rongé par la culpabilité, Vincent va non seulement s’enfermer dans le mutisme, mais se consumer petit à petit, se punissant d’avoir abandonné sa mère, créant ainsi son propre ghetto !


Santiago H.Amigorena nous met face à notre propre miroir, qui nous pousse à nous interroger sur nous, nos valeurs et notre attachement à l’histoire familiale. Ce sont nos racines que Santiago interroge, notre capacité de résilience face à nos choix parfois durs et sans possible réparation.

Un livre poignant.

Mon p’tit Kiosk a aimé

Note : 5 sur 5.


A LIRE AUSSI

Madga Goebbels

Archives

Tous droits réservés
Mon p’tit kiosk©2019