Des photos et des contrastes du noir et blanc par Balthasar Burkhard

SERIES EMBLEMATIQUES

Le botanique consacre une rétrospective photos autour des thèmes chers à Balthasar Burkhard. On y voit des photos de paysages, dont celles magnifiques du désert de Namibe prises en 2000, des grandes mégalopoles tentaculaires (Mexico City, Los Angeles,Chicago prises entre 1999 et 2004.

On peut également découvrir ses grands formats à travers son projet des « Corps sculptures » ou son hommage à Gustave Courbet à travers « L’Origine ».

La nature de manière générale est aussi très représentée notamment avec sa série si caractéristique des « Ailes de faucon », série qui a inspiré sont travail autour du corps et des membres fragmentés.

DES TECHNIQUES QUI REVELENT SON SENS DE L’ESTHETISME ET SON GOÛTS DES CONTRASTES

Tout au long de l’exposition, on peut apprécier son travail et l’ensemble des techniques utilisées pour sortir le meilleur de chaque cliché.

Parfois, il utilise le procédé d’héliogravure, technique utilisée notamment par Niepce qui consiste en L’effet est saisissant, conférant aux clichés, un résultat empreint de volupté et de profondeur.

Je retrouve dans les clichés de Burkhard un sens de l’esthétisme et une recherche de la pureté que j’aime à retrouver chez les artistes qui me touche le plus. J’ai été absorbée par son travail. Il crée un sentiment d’irréel dans le réel.

C’est que j’ai ressenti en admirant les dunes de sable du désert de Namibe qui semblent se mouvoir dans le décor, ou dans l’orchidée qui semble s’ouvrir comme un ralenti sur image. Il y a un contact qui se crée entre l’œuvre et le visiteur ! On est happé, on devient acteur de la photo, et plus seulement un simple observateur.

« Que nul n’entrouve ces feuillets s’il n’est animé d’une âme vagabonde»

Extrait de Above&below – Baltahsar Burkhard/Peter Downsborough – 2001

Un peu moins spectaculaires, les clichés animaliers et pourtant ils méritent toute notre attention. Avec ces portraits, l’artiste renoue avec  une autre tradition, celle  de « l’esthétisme et de l’inventaire ».


Une expérience unique, j’ai été transportée dans l’univers de Balthasar Burkhard, ressentant une connexion particulière avec certaines de ses œuvres. C’est une belle rétrospective de 30 ans du cinéaste et photographe suisse proposée par le Botanique. Cependant, je reste une fois de plus sur ma faim, car si le musée nous propose un bel aperçu du travail de Balthasar Burkhard, les expositions en générales sont toujours trop courtes à mon goût. On a envie de plus …

Exposition jusqu’au 02.02.20 – entrée 6.5€ – Bonne visite !


Mon p’tit Kiosk a aimé

Note : 4 sur 5.


En savoir plus

Le botanique expo
Balthasar Burkhard

Archives

Tous droits réservés
Mon p’tit kiosk©2020