Emily Jane White plongée hypnotique à l’orangerie du bota


Emily c’est une puissance vocale, un style bien marqué, une voix sortie tout droit de l’au-delà, profonde, voluptueuse. Dès les premières notes, elle suspend le temps, et nous plongeons dans son univers hypnotique de la belle Emily pour la plus belle des balades. Impossible d’être insensible à sa musique.

Une voix puissante et delicate

Aussi à l’aise au piano qu’avec sa guitare, j’attendais avec impatience de la voir sur scène, car cela fait plusieurs années depuis son album « Dark undercoat » que j’ai pris le virus.
Emily est une personne discrète, timide même. Mais dès les premières notes, elle dévoile une capacité vocale incroyable. Sans jamais la forcer, elle puise au plus profond d’elle-même pour nous offrir un répertoire sombre , et néanmoins plein de sensibilité.

Ce jeudi, elle était dans la salle de l’orangerie au botanique pour nous présenter ses plus grands titres, et son dernier album « Imminent fire » . Avec l’assistance de ses 2 musiciens, elle a fait vibrer les murs de l’orangerie. Captivante, Emily Jane White nous a offert plus 1h30 d’une musique somptueuse.

Un engagement affirme dans chacun de ses albums

Attachée à la condition de la femme, angoissée par ce que nous offre la société actuellement, l’ensemble de ses chansons dénonce aussi bien les violences subies par les femmes, le racisme, que les régressions sociales, la destruction de notre environnement et des espèces.

Pour elle, le monde est aveugle, et les gens ont oublié d’où ils venaient. Elle porte un regard alarmé et alarmant sur notre société. Elle évoque la relation trop distanciée qu’entretient l’Homme avec la nature, se laissant dominer par la technologie. Poétesse, elle nous livre des paroles toujours plus émouvantes, engagées, tout en les enveloppant d’élégance et de subtilité.


A la sortie, simple, reconnaissante et en toute humilité , elle a pris le temps pour son public en assurant une série de dédicaces, et autres selfies. J’ai assisté à un concert authentique, sans fioritures, où tout n’est pas encore complètement millimétré, orchestré , où l’artiste a encore la possibilité d’être vrai, et libre de s’exprimer quand il le veut.

Ce fut un vrai plaisir de pouvoir la voir sur scène. Merci Emily !


Mon p’tit Kiosk a aimé


Archives
Matthieu Chedid se lâche à Bruxelles … on dit M !
Le surdoué de la musique …
Voyage sonore avec Ozark Henry qui vous emmène loin, très loin
SOH – OZARK HENRY – …
Ateliers Claus : ce soir, musique electro-acoustique et instrumentale
Rattle – Eiko Ishibashi  -Caroline Profanter – Dj Maroushka …
Les Négresses vertes ouvrent le Festival des Libertés: explosif
Les Négresses vertes – Théâtre …

Tous droits réservés
Mon p’tit kiosk©2019