La monoculture intensive est une véritable menace pour notre planète

Alimenterre est un Festival qui existe depuis 11 ans maintenant. C’est un festival dédié à la sensibilisation des consommateurs sur les conséquences des choix en matière d’exploitation à grande échelle et de recherche du meilleur rendement, ainsi que sur les conséquences subies de ces choix sur les populations et les agriculteurs. Le Festival Alimentaire s’attache aussi à montrer qu’il existe des alternatives à ces modèles industriels.

Cette année, le festival a décidé d’ouvrir le débat sur les dangers de la monoculture avec un documentaire saisissant.

La monoculture, ce danger

Avec le film d’ouverture « Soyalism », c’est un modèle de culture du soja qui est montré du doigt. En effet, au travers la production de viande porcine, nous découvrons un modèle économique rodé, détenu par un consortium et exporté dans le monde entier.

Le documentaire s’attarde sur la Chine, le Brésil , le Mozambique et les Etats-unis où l’on voit des agriculteurs expliquaient ce que la monoculture intensive génère comme problèmes. Non seulement, les cours s’effondrent, et certains agriculteurs sont exclus du système faute de pouvoir obtenir des prêts pour exploiter leurs terres. D’autres, ayant succombé à la tentation expriment leurs regrets et les actions qu’ils ont décidé de mettre en place pour lutter contre ce monopole.

Par ailleurs, au Mozambique, le système est encore plus pervers. L’Etat a non seulement offert des terres aux producteurs brésiliens mais en plus de cela, les paysans se voient expulser de leur terre.

« Dans les supermarchés, la viande de porc n’a plus que le goût de soja. »

Culture intensive, question d’éthique

Dans ce film, on dénonce également le sort qui est réservé aux porcs. Les truies sont condamnées à être inséminées, puis à donner la tétée. Elles ne voient jamais le jour, elles sont couchées sur le même flanc 24h/24, sans cesse harcelées par des porcins affamés.

Leurs conditions de vie sont épouvantables. Ils se déplacent sur des grilles en métal, ce qui les blessent ou les mutilent. Heureusement, de plus en plus d’éleveurs, soucieux du bien-être animal ont préféré prendre une option qui peut sembler moins rentable, mais beaucoup plus respectueuse de l’animal et qualitative.

Le film fait le lien entre le soja et l’élevage porcin

Alimenterre est un festival lancé par l’association SOS Faim.

Pour la séance d’ouverture, les 2 salles du cinéma Galeries étaient combles. En plus des reportages, les séances sont suivies de débats.

L’équipe est super chouette, n’hésitez pas à partager un brin de causette et un verre

Mon p’tit Kiosk a aimé


Archives

Tous droits réservés
Mon p’tit kiosk©2019