Agnès Jatahy à la rencontre des réfugiés des quatre coins du monde.

Le présent qui déborde

– Christiane Jatahy –



Sur fond de l’Odyssée d’Homère , Christiane Jatahy nous raconte l’histoire d’hommes, et de femmes, d’enfants qui ont dû fuir leur pays. Entre errance et questionnements, déracinés, ils évoquent leurs histoires, leurs espoirs. Ils essaient de se reconstruire et d’avoir une vie meilleure bon gré et malgré eux Lire la suite


De la frontière syrienne au Brésil, elle nous fait vivre un spectacle interactif, et vivant dans l’enceinte du Théâtre National, un spectacle empreint d’émotions, de nostalgie et de poésie car la vie continue.

L’exil a toujours existé, il a forgé nos identités

Depuis la nuit des temps, l’exil, fait partie de la vie des Homme s. Trois mille ans après l’histoire d’Ulysse, rien n’a changé. Déracinés, Fadia et les autes espèrent juste tous retourner chez eux, retrouver leur pays, leur maison, et leurs proches. En attendant, ils essaient de vivre, de retrouver une identité, de se faire une place. Mais, tel Ulysse, ils errent, et pour finir ils ne se sentent nulle part chez eux.

«  Je dois toujours raconter mon histoire, pourquoi dois-je la répéter encore, encore. Nous ne sommes nulle part chez nous »

Fadia, une des jeunes exilées et présente sur scène nous explique comment en revenant chez elle pour rendre visite à son père, elle a été traitée. Elle sera même emprisonnée. Choquée, ne reconnaissant plus son pays, elle a perdu ses repères. Qui est-elle ? Où est son chez elle ? Elle se sent étrangère dans son pays et indésirable dans le nouveau, le Liban, qui ne veut pas d’elle non plus.

Le reportage vidéo et l’interactivité pour créer un lien

Christiane Jatahy nous livre ici un spectacle vivant et plein d’humilité. C’est une histoire moderne d’exil d’hommes et de femmes partis de chez eux pour un avenir meilleur. Au fil du spectacle, elle nous fait glisser vers notre actualité.

Et quand elle aborde la question du Brésil, qu’elle illustre comme étant l’île du royaume des morts dans l’Odyssée, elle nous lance un message d’alarme pour l’avenir … ce n’est pas tant l’exil qui l’inquiète car il est source de richesses. On voit d’ailleurs dans son spectacle de très belles scènes de joie, de fêtes et de bonne humeur.

C’est la construction de ses murs construits devant nous ou invisibles à l’oeil mais bien réels qu’elle dénonce. Au travers de ces personnages et l’histoire d’Ulysse, elle dépeint l’avidité des hommes toujours plus enclin à l’individualisme et à la peur de l’autre plutôt qu’à s’ouvrir et tendre la main à son prochain.

Elle illustre parfaitement bien ce passage, quand en filigrane, elle raconte son histoire à un cacique d’une tribu Kayapo, en plein coeur de l’Amazonie . Elle nous invite alors à nous replonger dans nos histoires personnelles pour que l’on n’oublie pas d’où l’on vient, ce qui nous a fait, ce qui nous a construit car finalement, nous sommes tous des enfants de l’exil, nous sommes tous des « Odysseus ».


Un spectacle à voir absolument qui se termine sur un mot « COURAGE », une note d’espoir et de résistance. Vous verrez un récit magnifique sur la vie de Ahmed, Memory, Omar, Franck, Nadège et bien d’autres encore.

Touchés par leurs histoires, vous vivrez une expérience interactive pour faire tomber les barrières que nous nous construisons. Enfin, vous passerez des rires au pincement au coeur en voyant ce que l’humanité est capable de nous offrir.

A voir absolument
Jusqu’au 12 Octobre au Théâtre National

Tous droits réservés-Mon p’tit kiosk(c)2019

Mon p’tit Kiosk a aimé

Note : 5 sur 5.

Archives


Tous droits réservés
Mon p’tit kiosk©2019