Yuli, ce jeune cubain devenu danseur contre son gré


Carlos Acosta est un jeune garçon vif, et dissipé. Il vit dans un des quartiers les plus pauvres de La Havane, avec ses soeurs, son père Pedro, au tempérament inflexible et à la main leste. Sa mère, quant à elle souffre d’une maladie chronique.

Espérant une vie meilleure pour son fils, Pedro Acosta décide de le sortir de la rue. Il inscrit contre son gré, Carlos à l’Académie Nationale de ballet dont il sera renvoyé quelques mois après, pour son manque de discipline.

Un enfant turbulent

C’est alors, à Pinar del Rio, où il a été envoyé en internat, qu’il a le déclic et qu’il se lance pleinement dans son apprentissage.

«  Je m’en fous de danser, je déteste ça »

YULI – Carlos Acosta – extrait du film

C’est le lancement de sa carrière et il obtiendra très vite la reconnaissance de ses pairs. A partir de là, tout s’enchaîne. Il intègrera le prestigieux Ballet de Londres,

Cuba, ma plus belle histoire d’amour

A la fin du film, nous voyons Yuli

C’est aussi une belle note d’espoir et d’amour qu’offre Carlos Acosta viscéralement attaché à son pays.


Tous droits réservés – Mon p’tit kiosk(c)2019

Yuli raconte le destin d’un des danseurs les plus talentueux de sa génération, Carlos Acosta, originaire de Cuba, et ce malgré un amour contraint de la danse.

On a qu’une envie, c’est de prendre un billet d’avion tant les images, la musique nous transportent à La Havane.

C’est un film dur et émouvant qui retrace le parcours contrarié d’un jeune garçon qui ne rêve que de Hip Hop et de football d’un côté, et l’amour « particulier » et l’espoir d’une vie meilleure d’un père pour son fils.

Des scènes de danse magnifiques entrecoupent l’histoire. Bouleversant et touchant.

Mon p’tit Kiosk a aimé

Note : 4 sur 5.

Archives


Tous droits réservés
Mon p’tit kiosk©2019