La Havane, charme et décadence de la belle des Caraïbes

L’histoire de La Havane est pavée de conquêtes; mais si la belle dame s’est souvent laissée séduire, jamais elle ne s’est laissée endormir. Derrière cette force cette force tranquille, cette nonchalance même, la ville représente la fierté du peuple.

Aujourd’hui, il ne reste que quelques vestiges de son passé sulfureux. Par contre, on peut admirer ses vieilles voitures, et également ses belles maisons souvent en décrépitude, et qui témoignent de son passé colonial. Les bâtiments de la vieille ville datant du 16e siècle ont été inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO. De quoi lui redonner l’éclat passé.

Il n’en reste pas moins que la ville a quelque chose d’unique; elle se découvre facilement à pied. En prenant votre temps, vous apercevrez parfois une porte entrouverte, laissant se dessiner un magnifique escalier. Et puis, au détour d’une rue, l’occasion vous sera donnée de croiser quelques personnes adossées aux murs des maisons en train d’écouter de la musique, de jouer aux dominos, ou des gosses en train de suivre un cours d’escrime en plein milieu de l’après-midi. La ville respire la vie et la gentillesse. La cité « aux mille colonnes » a beaucoup offrir pour peu que l’on prenne le temps. N’oubliez pas que la belle s’est aussi se faire désirer.

En tout cas, une chose qui m’a frappée en arrivant à La Havane, et que l’on ne s’imagine pas trouver, c’est cette joie de vivre qui anime les havanais. On pourrait croire que la pauvreté les a condamnés à la fatalité, à la résignation. Au contraire, plus que jamais, le vie est un cadeau. Depuis que La Havane est La Havane, les habitants en ont vu d’autres. Ils acceptent leur sort et gardent l’espoir d’un jour meilleur.

Tous droits réservés
Mon p’tit kiosk©2019

Laisser un commentaire